Qu’est ce que c’est… Le travail domestique ?

À priori quand on pense au travail domestique on pense aux tâches qui ont pour but l’entretien de la maison et le soin des personnes qui composent la famille : lessive, ménage, cuisine, gestion des mômes, courses, etc. C’est notamment la définition prise dans les statistiques qui se préoccupent de quantifier les tâches ménagères. Mais le concept de travail domestique tel qu’on l’emploie ici désigne tout autre chose.

Il ne décrit pas un certain type d’activité dans la maison, mais la forme de l’exploitation des femmes dans la société capitaliste. (On parle des femmes prolétaires.) Le travail domestique est un travail spécifiquement féminin, illimité et non rémunéré.

Dans cet article, nous nous sommes focalisés sur le travail domestique du point de vue du rapport homme/femme. Un article sur la reproduction de la force de travail et un article sur le genre vont bientôt paraître. Ces trois articles sont complémentaires.

Un travail à temps plein

Commençons par un exemple, un aperçu de la journée de Martine, femme au foyer, qui a deux enfants en bas âge.

6h30 : Son mari se lève pour aller bosser. Elle se lève aussi pour s’occuper des gamins : prépare à bouffer et les accompagne à l’école en bus, parce qu’ils n’ont qu’une voiture et que le mari en a besoin pour aller au travail.

9h : Martine embraye sur les courses de la semaine, là où c’est le moins cher pour économiser. Ça consiste à faire plusieurs magasins pour choper les produits là où ils sont les moins chers et ça prend du temps.

10h30 : Elle passe faire une heure de ménage chez M. et Mme Dupuis, à quinze minutes de chez elle. Martine voudrait bien avoir un job qui rapporte plus, mais elle n’a pas le temps.

12h : Martine prend un moment pour faire les comptes, parce que ça va pas fort et qu’il faudrait budgéter. Elle s’occupe ensuite de la demande d’APL : épluche la FAQ sur le site de la CAF, passe au taxiphone pour photocopier les pièces justificatives.

 14h : Elle s’occupe de ranger la baraque et de faire les lessives.

16h : Martine retourne à l’école pour chercher les mômes, les gère jusqu’au soir : les lave, les met en pyjama, prépare la bouffe et les fait manger.

20h : Le mari rentre, mange avec sa femme, joue un peu avec les enfants puis se détend de sa journée de taf. Elle couche les mômes.

Si ça ne se passe pas exactement comme ça chez vous, peu importe. Toutes les situations individuelles sont spécifiques, mais il n’en reste pas moins que ce qui est décrit vaut comme généralité pour toutes les femmes :

Ce qu’on voit, c’est qu’il s’agit d’un travail constant, sans limites temporelles.

Le mari, salarié, a des horaires de taf. En dehors du travail, il est dans son temps libre. Cette séparation n’existe pas pour les femmes.
Que la majorité des femmes soient aujourd’hui elles aussi salariées ne change rien à l’affaire, au contraire, cela rend ce phénomène encore plus clair. En effet, le travail salarié ne dispense pas les femmes du travail domestique, il est réalisé en plus des heures de travail salarié. C’est ce qu’on appelle la double journée de travail (travail salarié/travail domestique).

Un travail “gratuit”…

Le mari de Martine échange son travail contre un salaire de merde.
Martine, elle, ne l’échange contre rien, parce que le simple fait d’être une femme l’assigne à ces tâches comme si elles étaient ses fonctions naturelles, conséquence de l’amour qu’elle porte à sa famille (voir l’article Genre).

Le travail domestique est avant tout un rôle: celui de Martine dans sa famille. On juge de ce qu’elle est à partir de la réalisation de ce travail: une bonne mère, une bonne épouse…

abolition du travail domestique

Le travail domestique n’est pas un simple travail dont on pourrait essayer d’améliorer les conditions. Il existera tant que les rôles sociaux hommes et femmes inhérents au capitalisme ne seront pas abolis. Le travail domestique n’est rien d’autre que l’activité spécifique des femmes.

Un travail de femmes…

Le travail domestique représente un avantage matériel et social pour les hommes. Que Martine lave le slip de son mari ou qu’elle s’occupe des enfants c’est toujours une décharge pour lui. Cela a pour conséquence de lui libérer du temps, qu’il peut consacrer à d’autres activités plus satisfaisantes (à sa vie sociale, à ses loisirs etc… tout ce qu’il peut faire en dehors de leur journée de travail).

On dit souvent que cette analyse, qui colle certainement à la société des années 50, est dépassée et caricaturale aujourd’hui. Deux arguments centraux sont censés soutenir ce discours.

– Nous avons déjà répondu à l’argument de la salarisation massive des femmes, qui ne les dispense pas du travail domestique.

– Le second argument est celui du partage des tâches : le fait que les hommes participeraient de plus en plus au travail domestique.

Or le partage des tâches est une blague douteuse car les femmes font toujours plus de tâches ménagères que les hommes. Et quand bien même ce serait réel : que quelques âmes charitables parmi les hommes s’occuperaient “par modernisme” ou “par amour” des minots et de la vaisselle, ça n’a pas le sens d’une exploitation pour eux ni d’une “libération” pour les femmes sur le mode de l’égalité établie ou de la compensation.

Les femmes n’échappent jamais au travail domestique. Elles le réalisent parce qu’elles sont des femmes, parce que c’est ce qu’on attend d’elles. Pour les hommes, c’est “faire la vaisselle”, “changer la couche” et point barre. De simples tâches qu’ils peuvent choisir de faire ou de ne pas faire.

Plus les foyers sont pauvres, plus la somme de travail gratuit à réaliser augmente (pas de lave-vaisselle, pas de machine à laver etc.) et pas non plus les moyens de payer une autre femme pour faire une partie de ses tâches.

Moulinex faisait la promotion de machines censées débarrasser les femmes du travail domestique. Or ce n’est pas du tout le cas, force est de constater qu’il est structurel à la société capitaliste et au rapport de domination homme/femme qui en fait partie. Il n’est donc pas « réformable ». L’égalité, le partage des tâches, l’évolution des mentalités sont des chimères. Le travail domestique est le lot des femmes et il détermine leurs conditions.

pub-sexiste-moulinex-3410_w1000

Travail domestique et capitalisme

Le travail domestique est indispensable au capitalisme. Pour comprendre cela, le mieux serait de relire notre notion sur le salaire. Au cas où, on va quand même vous faire un bref résumé.

Le salaire n’est pas le prix de l’achat de notre travail, mais de notre force de travail. On vend notre force de travail, pour une certaine durée, une heure, 35 heures, etc., à un patron. Celui-ci en est propriétaire durant le temps où il l’a acheté. Ensuite, nous travaillons pour lui, et il empoche le fruit de notre travail.

Sur quoi est basé le prix de notre force de travail ? Eh bien, comme le reste des marchandises, sur les coûts de production, et d’entretien de cette marchandise.

Une part très importante du travail nécessaire à l’entretien de cette marchandise qu’est cette force de travail, est effectuée gratuitement par les femmes : c’est le travail domestique.

En ce sens, le travail domestique, l’exploitation spécifique des femmes est une condition pour que les capitalistes puissent faire des profits : eh oui, sans cette exploitation, la force de travail serait beaucoup plus chère !

Le travail domestique sert à l’entretien du travailleur. Plus encore, il sert à l’entretien du minot, aujourd’hui simple gamin, mais demain main d’œuvre pas chère disponible pour le patronat. On n’entretient pas des enfants parce que c’est joli dans la société, mais parce qu’on en a besoin pour faire tourner les machines… (On vous parlera plus en détail de tout ça dans une prochaine notion sur la reproduction de la force de travail)1

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *